QCM - Orthopédie - Chapitre 7IC : Pathologie par région.

Pathologie non traumatique du genou

Question n° 1

Les syndromes rotuliens douloureux de l'adolescence sont très fréquents. Il faut être capable de conseiller les nombreux jeunes qui en souffrent. Quelle est l'affirmation qui est manifestement erronée à ce propos ?

A. Ils sont parfois mais non toujours associés à une subluxation externe de la rotule

B. Ils peuvent se rencontrer parfois mais non toujours chez des sujets qui présentent une torsion tibiale externe majorée

C. Ils peuvent se traiter parfois par section ou excision de l'aileron rotulien externe

D. Ils sont presque toujours secondaires à une dysplasie rotulienne ou trochléenne qu'il faut rechercher systématiquement par des radiographies axiales de la fémoro-patellaire, une étude au CT Scan et en IRM

E. Ils ne justifient un traitement chirurgical que dans un très petit nombre de cas

Question n° 2

Une ostéotomie tibiale haute de réaxation peut trouver une indication valable chez une personne de moins de 60 ans dans ?

A. une gonarthrose douloureuse avec désaxation en varus de 8°

B. une gonarthrose avec désaxation en valgus de 25° par hypoplasie condylienne externe du fémur

C. une atteinte rhumatoïde du genou avec désaxation en varus de 10°

D. une ostéonécrose du condyle fémoral interne sans désaxation du genou

E. une arthropathie hémophilique du genou avec désaxation en varus de 10°

Question n° 3

A propos de l'instabilité rotulienne, une seule affirmation est correcte :

A. Cette pathologie est plus fréquente chez l'enfant que chez l'adolescent

B. Le dérobement du genou observé dans cette pathologie est causé par une amyotrophie primitive du quadriceps

C. Un cliché axial à 30° de flexion du genou est l'incidence radiologique requise pour étudier l'articulation fémoropatellaire

D. Idem mais à 60° de flexion

E. Idem mais à 90° de flexion

Question n° 4

Un adulte de 30 ans se plaint de douleurs mécaniques le long de l'interligne externe du genou droit. L'examen révèle une petite tuméfaction rénitente à la partie moyenne de l'interligne externe présente en extension et disparaissant ou diminuant en flexion du genou. Il s'agit presque certainement :

A. D'un ménisque discoïde

B. D'un kyste méniscal

C. D'une ostéochondromatose synoviale

D. D'une souris articulaire

E. D'un hygroma du genou

Question n° 5

A propos de l'ostéochondrite disséquante du genou : Cochez la seule affirmation exacte.

A. L'ostéochondrite disséquante du genou intéresse le plus souvent le condyle externe

B. Avant la fin de croissance, le risque de libération du séquestre est faible

C. L'ostéochondrite du genou est souvent associée à un ménisque discoïde

D. L'ostéochondrite du genou impose chez l'enfant quasi toujours un traitement chirurgical

E. L'ostéochondrite témoigne d'une maladie du métabolisme de l'os

Question n° 6

Un homme de 45 ans présente une douleur de type mécanique à la face interne du genou droit. Les radiographies mettent en évidence une arthrose du compartiment interne et une déviation en genu varum unilatéral de 15°. Le traitement chirurgical envisagé sera :

A. une ménisectomie interne par voie endoscopique

B. une prothèse totale de genou

C. une ostéotomie tibiale haute de valgisation

D. une ostéotomie tibiale haute de varisation

E. un débridement chirurgical du compartiment interne

Page suivante