Comment savoir ce qui ne va pas ?

Le cathétérisme cardiaque interventionnel

 

1. Pour fermeture de communication interauriculaire.

La communication interauriculaire (CIA) est un trou anormal dans la paroi entre les deux cavités supérieures du cœur de votre enfant, l'oreillette gauche et l'oreillette droite. Ce trou permet le passage excessif de sang de l'oreillette gauche vers l'oreillette droite. Comme présenté sur le schéma ci-dessous, cet excès de sang est dirigé vers le ventricule droit, puis l'artère pulmonaire, et finalement les poumons, ce qui oblige le cœur a travailler d'avantage. Le passage de tout ce sang dans le cœur et les vaisseaux provoque également un petit souffle cardiaque appelé "murmure". La plupart des CIA sont diagnostiquées pendant l'enfance, lorsque ce murmure est entendu à l'auscultation lors d'un examen médical.

Une CIA large peut provoquer deux problèmes. D'abord, le coeur est obligé de pomper d'avantage de sang vers les poumons à chaque battement, et il se fatigue plus vite. Ensuite, cet excès de sang abîme les vaisseaux pulmonaires et favorise les infections respiratoires comme les bronchites et les pneumonies. C'est pourquoi toutes les CIA de plus de quelques millimètres doivent être systématiquement fermées.

Le médecin de votre enfant a donc recommandé la fermeture de cette communication interauriculaire pour éviter ces deux complications. Autrefois, cette intervention se faisait par chirurgie à coeur ouvert, après une incision du thorax, la mise en place d'une circulation extracorporelle et une ventilation artificielle. Une convalescence d'une semaine au moins était obligatoire. Actuellement, il est possible de fermer ces CIA sans chirurgie. Cette intervention est faite lors d'une procédure beaucoup moins invasive: le cathétérisme cardiaque interventionnel. Le cardiologue utilise un nouveau dispositif appelé "Cardioseal". Cette procédure dure entre 3 et 4 heures. Votre enfant sera admis à l'hôpital la veille et pourra le plus souvent rentrer à la maison le lendemain de l'examen.

Votre enfant ne peut rien boire et rien manger le matin du test. Le soir de votre arrivée, un médicament sera donné par la bouche à votre enfant pour faciliter son sommeil. Une crème anesthésiante sera également placée sur sa cuisse afin d'éviter toute douleur lors de l'injection d'anesthésique local le lendemain matin. Le jour même, votre enfant sera amené au laboratoire de cathétérisme. Une perfusion y sera placée dans le bras ou dans le pied afin de pouvoir lui donner tout autre médicament nécessaire par la suite par voie intraveineuse, y compris un anesthésique lui permettant de dormir confortablement pendant le test. Un tube endotrachéal est également mis en place pour aider votre enfant à respirer pendant l'examen.

Le cathétérisme cardiaque consiste à placer un petit tube, appelé "cathéter" dans un des gros vaisseaux sanguins du pli de l'aine, l'artère fémorale. Ce tube est ensuite dirigé jusque dans le cœur, où sont réalisés des prélèvements sanguins, des mesures de pressions et l'injection de produit de contraste permettant de réaliser des films radiologiques. La taille de la CIA est mesurée et le dispositif de taille adéquate est sélectionné pour sa fermeture. Exceptionnellement, la taille de la CIA est trop importante et nécessite de programmer une chirurgie classique pour une date ultérieure.

Le "Cardioseal" consiste en deux petites ombrelles métalliques qui se replient comme deux cadres l'un contre l'autre (voir photo). Ces deux ombrelles sont connectées l'une à l'autre en leurs centres et recouvertes d'un matériau proche du polyester. Ce dispositif est replié dans un cathéter placé dans l'oreillette gauche. Une des ombrelles y est ouverte, et placée contre la paroi interauriculaire afin de couvrir le côté gauche de la CIA. L'autre ombrelle est ouverte dans l'oreillette droite, puis repliée contre le côté droit de la CIA afin de fixer le dispositif et de compléter sa fermeture. Il arrive que plus d'un dispositif soit nécessaire pour fermer complètement la CIA.

Cette procédure est standardisée et efficace. Une fermeture quasi-complète de la CIA est obtenue chez plus de 95% des patients traités. Les autres patients (5%) doivent bénéficier d'une fermeture chirurgicale classique à une date ultérieure. Les complications sont rares et la majorité sont facilement curables. Les complications les plus fréquentes incluent la perte d'un quantité de sang nécessitant une transfusion sanguine, des réactions allergiques aux produits de contraste radiologique imposant l'utilisation d'un médicament complémentaire, ainsi que la thrombose de l'artère fémorale, traitée par un traitement anti-coagulant temporaire par voie intraveineuse. Le mauvais positionnement du dispositif "Cardioseal" nécessite occasionnellement la récupération des ombrelles par cathétérisme ou chirurgie. Ces complications surviennent toujours pendant la procédure et sont traitées immédiatement. Des complications plus tardives telles que la rupture, la mobilisation ou l'infection du dispositif sont rares. Leur fréquence est estimée à 2 % des patients.

Une fois l'examen terminé, votre enfant regagnera la salle de réveil, puis sa chambre, avec un large pansement là où l'artère a été ponctionnée, au plis de l'aine. Il sera réveillé, mais somnolent pendant les 2-3heures qui suivent le test. Une fois bien réveillé, il sera autorisé à boire. Si ces boissons (eau, jus de pommes,…) ne provoquent pas de nausées, il recevra également à manger. En l'absence de complications, le retour à la maison est possible dès le lendemain. Au préalable, votre enfant devra subir une radiographie du thorax, un électrocardiogramme et une échographie cardiaque afin de vérifier la position du dispositif.

A la maison, le site de ponction de l'artère fémorale doit être gardé propre et sec. Il peut être lavé à l'éponge ou sous la douche uniquement (pas de bain), et le pansement doit être changé une fois par jour jusqu'à la guérison de la petite cicatrice cutanée, 3 à 5 jours plus tard. Une petite irritation locale de la peau est fréquente et ne doit pas vous inquiéter. Si un saignement survenait, appliquez une pression ferme sur la cicatrice pendant 5 minutes. Appelez votre cardiologue pédiatre si un de ces symptômes survient:

a) une hémorragie

b) une rougeur ou un bleuissement de la peau

c) un écoulement vert ou jaune à la cicatrice

d) une température supérieure à 38°C.

Votre enfant sera ensuite revu à la consultation de cardiologie pédiatrique pour un examen clinique, une radiographie du thorax, un électrocardiogramme et une échographie cardiaque 1, 6 et 12 mois après ce cathétérisme.

Si vous aviez la moindre question avant ou après ce cathétérisme, n'hésitez pas à contacter le cardiologue de votre enfant.



2. Pour fermeture de communication interventriculaire.

Une communication interventriculaire (CIV) est un trou anormal entre les deux cavités qui pompent le sang dans le cœur de votre enfant, le ventricule gauche et le ventricule droit. Ce trou permet un passage anormal de sang entre le ventricule gauche et le ventricule droit, ce qui provoque un souffle cardiaque, et éventuellement une décompensation cardiaque et une atteinte des vaisseaux pulmonaires.

Le médecin de votre enfant a donc recommandé la fermeture de cette communication interventriculaire pour éviter ces deux complications. Autrefois, cette intervention se faisait par chirurgie à coeur ouvert, après une incision du thorax, la mise en place d'une circulation extracorporelle et une ventilation artificielle. Une convalescence de plus d''une semaine était obligatoire. Actuellement, il est possible de fermer ces CIV sans chirurgie. Cette intervention est faite lors d'une procédure beaucoup moins invasive: le cathétérisme cardiaque interventionnel. Le cardiologue utilise un nouveau dispositif appelé "Cardioseal". Cette procédure dure entre 4 et 5 heures. Votre enfant sera admis à l'hôpital la veille et pourra le plus souvent rentrer à la maison un à deux jours plus tard.

Votre enfant ne peut rien boire et rien manger le matin du test. Le soir de votre arrivée, un médicament sera donné par la bouche à votre enfant pour faciliter son sommeil. Une crème anesthésiante sera également placée sur sa cuisse afin d'éviter toute douleur lors de l'injection d'anesthésique local le lendemain matin. Le jour même, votre enfant sera amené au laboratoire de cathétérisme. Une perfusion y sera placée dans le bras ou dans le pied afin de pouvoir lui donner tout autre médicament nécessaire par la suite par voie intraveineuse, y compris un anesthésique lui permettant de dormir confortablement pendant le test. Un tube endotrachéal est également mis en place pour aider votre enfant à respirer pendant l'examen.

Le cathétérisme cardiaque consiste à placer un petit tube, appelé "cathéter" dans un des gros vaisseaux sanguins du pli de l'aine, l'artère fémorale. Ce tube est ensuite dirigé jusque dans le cœur, où sont réalisés des prélèvements sanguins, des mesures de pressions et l'injection de produit de contraste permettant de réaliser des films radiologiques. La taille de la CIV est mesurée et le dispositif de taille adéquate est sélectionné pour sa fermeture. Exceptionnellement, la taille de la CIV est trop importante, ou la CIV est trop proche d'une valve cardiaque, et une chirurgie classique doit être programmée pour une date ultérieure.

Le "Cardioseal" consiste en deux petites ombrelles métalliques qui se replient comme deux cadres l'un contre l'autre (voir photo). Ces deux ombrelles sont connectées l'une à l'autre en leurs centres et recouvertes d'un matériau proche du polyester. Ce dispositif est replié dans un cathéter placé dans le ventricule droit. Une des ombrelles y est ouverte, et placée contre la paroi interventriculaire afin de couvrir le côté droit de la CIV. L'autre ombrelle est ouverte dans le ventricule gauche, puis repliée contre le côté gauche de la CIV afin de fixer le dispositif et de compléter la fermeture. Il arrive que plus d'un dispositif soit nécessaire pour fermer complètement la CIV, ou lorsque de multiples petites CIVdoivent être fermées.

Cette procédure est standardisée et efficace. Une fermeture quasi-complète de la CIV est obtenue chez plus de 85% des patients traités. Les autres patients (5%) doivent bénéficier d'une fermeture chirurgicale classique à une date ultérieure. Chez 15 % des patients, la fermeture de CIV est incomplète et une chirurgie classique est nécessaire. Les complications sont rares et la majorité sont facilement curables. Les complications les plus fréquentes incluent la perte d'un quantité de sang nécessitant une transfusion sanguine, des réactions allergiques aux produits de contraste radiologique imposant l'utilisation d'un médicament complémentaire, ainsi que la thrombose de l'artère fémorale, traitée par un traitement anti-coagulant temporaire par voie intraveineuse. Le mauvais positionnement du dispositif "Cardioseal" nécessite occasionnellement la récupération des ombrelles par cathétérisme ou chirurgie. Ces complications surviennent toujours pendant la procédure et sont traitées immédiatement. Des complications plus tardives telles que la rupture, la mobilisation ou l'infection du dispositif sont rares. Leur fréquence est estimée à 2 % des patients.

Une fois l'examen terminé, votre enfant regagnera la salle de réveil, puis sa chambre, avec un large pansement là où l'artère a été ponctionnée, au plis de l'aine. Il sera réveillé, mais somnolent pendant les 2-3heures qui suivent le test. Une fois bien réveillé, il sera autorisé à boire. Si ces boissons (eau, jus de pommes,…) ne provoquent pas de nausées, il recevra également à manger. En l'absence de complications, le retour à la maison est possible dès le lendemain. Au préalable, votre enfant devra subir une radiographie du thorax, un électrocardiogramme et une échographie cardiaque afin de vérifier la position du dispositif.

Une fois l'examen terminé, votre enfant regagnera la salle de réveil, puis sa chambre, avec un large pansement là où l'artère a été ponctionnée, au plis de l'aine. Il sera réveillé, mais somnolent pendant les 2-3heures qui suivent le test. Une fois bien réveillé, il sera autorisé à boire. Si ces boissons (eau, jus de pommes,…) ne provoquent pas de nausées, il recevra également à manger. En l'absence de complications, le retour à la maison est possible après un à deux jours de convalescence. Au préalable, votre enfant devra subir une radiographie du thorax, un électrocardiogramme et une échographie cardiaque afin de vérifier la position du dispositif.

A la maison, le site de ponction de l'artère fémorale doit être gardé propre et sec. Il peut être lavé à l'éponge ou sous la douche uniquement (pas de bain), et le pansement doit être changé une fois par jour jusqu'à la guérison de la petite cicatrice cutanée, 3 à 5 jours plus tard. Une petite irritation locale de la peau est fréquente et ne doit pas vous inquiéter. Si un saignement survenait, appliquez une pression ferme sur la cicatrice pendant 5 minutes. Appelez votre cardiologue pédiatre si un de ces symptômes survient:

a) une hémorragie

b) une rougeur ou un bleuissement de la peau

c) un écoulement vert ou jaune à la cicatrice

d) une température supérieure à 38°C.

Votre enfant sera ensuite revu à la consultation de cardiologie pédiatrique pour un examen clinique, une radiographie du thorax, un électrocardiogramme et une échographie cardiaque 1, 6 et 12 mois après ce cathétérisme.

Si vous aviez la moindre question avant ou après ce cathétérisme, n'hésitez pas à contacter le cardiologue de votre enfant.