QCM - Orthopédie - Chapitre 3 - Pathologie tumorale de l'appareil locomoteur.

Question n° 1

Parmi ces lésions tumorales bénignes, quelle est celle qui détermine des douleurs à recrudescence nocturne ?

A. L'exostose ostéogénique

B. L'ostéome ostéoïde

C. Le fibrome non ostéogénique

D. Le kyste essentiel des os

E. Le chondrome isolé

A propos des tumeurs osseuses primitives et secondaires :

Question n° 2

L'ostéome ostéoïde est une tumeur bénigne dont la fréquence augmente avec l'âge.

Question n° 3

Les métastases osseuses ostéolytiques se traitent de façon palliative par l'administration de calcium et de vitamine D.

Question n° 4

En cas de fracture pathologique du col du fémur sur métastase osseuse, l'ostéosynthèse est justifiée pour améliorer le confort du malade même si l'état général est précaire et le risque opératoire important.

Question n° 5

On utilise du ciment acrylique pour renforcer l'os en cas de métastase ostéolytique.

Question n° 6

En cas de métastase ostéolytique diaphysaire fragilisant l'os, il est justifié de pratiquer une ostéosynthèse préventive par enclouage centro-médullaire malgré le risque de dissémination cellulaire.

A propos des tumeurs osseuses primitives et secondaires :

Question n° 7

Des douleurs osseuses à recrudescence nocturne, bien calmées par l'aspirine justifient une scintigraphie osseuse.

Question n° 8

Les métastases vertébrales n'entraînent quasi jamais de complication neurologique.

Question n° 9

Une fracture pathologique peut être la première manifestation clinique d'une maladie cancéreuse au stade de la généralisation.

Question n° 10

Le cancer de la prostate peut donner des métastases osseuses ostéocondensantes.

Question n° 11

En cas de métastase osseuse ostéolytique d'origine inconnue, il vaut mieux éviter d'utiliser des produits de contraste iodés lors de la première phase de la mise au point.

Question n° 12

Le chondrome est le plus banal :

A. Au niveau du crâne

B. Au niveau du rachis

C. Au niveau du sternum

D. Au niveau de la main

E. Au niveau du bassin

Question n° 13

Le kyste osseux solitaire (kyste essentiel des os) de l'humérus n'est pas fréquent. Il faut cependant savoir quelques notions élémentaire à ce propos. Quelle est l'affirmation qui est manifestement fausse parmi celles qui suivent ?

A. Il s'agit d'une réaction secondaire à la présence d'une tumeur osseuse au même endroit,

B. Il entraîne une fragilisation locale qui peut favoriser une fracture pathologique,

C. Il peut guérir par injection intra-kystique de corticostéroïdes en suspension,

D. Il peut se traiter par embrochage fasciculé.

E. Il peut guérir à l'occasion d'une simple fracture traitée conservativement.

Question n° 14

Le kyste osseux solitaire (kyste essentiel des os) de l'humérus n'est pas fréquent. Il faut cependant savoir quelques notions élémentaire à ce propos. Quelle est l'affirmation qui est manifestement fausse parmi celles qui suivent ?

A. Il doit être traité par résection-greffe dès qu'il est découvert surtout s'il est compliqué d'une fracture pathologique,

B. Il entraîne une fragilisation locale qui peut favoriser une fracture pathologique,

C. Il peut guérir par injection intra-kystique de corticostéroïdes en suspension,

D. Il peut se traiter par embrochage fasciculé.

E. Il peut guérir à l'occasion d'une simple fracture traitée conservativement.

Question n° 15

A propos de l'ostéosarcome et du sarcome d'Ewing, les affirmations suivantes sont correctes SAUF UNE. Laquelle ?

A. L'ostéosarcome et le sarcome d'Ewing sont les 2 tumeurs malignes primitives de l'os les plus fréquentes

B. La région de la hanche constitue la zone la plus fréquente d'apparition de ces tumeurs

C. Le pronostic de survie à 5 ans est actuellement de 60%

D. Ce sont deux tumeurs susceptibles de répondre à la chimiothérapie

E. L'os est un tissu d'élection pour les métastases des tumeurs mammaires

Question n° 16

A propos de l'ostéosarcome, les affirmations suivantes sont fausses SAUF UNE. Laquelle ?

A. L'ostéosarcome la tumeur de l'os la plus fréquente

B. La région de la hanche constitue la zone la plus fréquente d'apparition de ces tumeurs

C. Le pronostic de survie à 5 ans reste de moins de 20%

D. Se traite d'abord par chimiothérapie après confirmation du diagnostic par biopsie

E. Le poumon n'est pas l'organe d'élection pour les métastases de cette tumeur

Question n° 17

Traumatologie, médecine du sport, tumeurs, infections : Un patient sportif âgé de 20 ans se plaint depuis 5 semaines d'une douleur localisée au niveau du pied. Vous localisez cette douleur au niveau du troisième métatarsien. Quelle est la proposition qui est fausse ?

A. Le premier examen à demander est une radiographie simple

B. En cas de radiographie négative, il faut demander une scintigraphie osseuse

C. Le diagnostic auquel je pense d'abord est celui de fracture de fatigue

D. Dans cette tranche d'âge, il n'y a aucun risque qu'il s'agisse d'une pathologie tumorale

E. A 20 ans, il faut aussi exclure une infection car l'ostéomyélite hématogène existe à tout âge

Page suivante