PREAMBULE

PRECAUTIONS GENERALES

Etat de la question

Lors de l'apparition du SIDA, la question s’est posée de savoir si le respect des prescriptions habituelles d'isolement suffisait pour prévenir la dissémination de la maladie dans l'hôpital et dans le secteur des soins de santé. C'est indubitablement le cas. Il est un fait néanmoins que des porteurs asymptomatiques du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) peuvent être admis pour d'autres affections, de sorte qu'on ne pense pas immédiatement au SIDA. Le nombre de personnes VIH séropositives ne cesse d'augmenter : dans notre pays, environ 1 habitant sur 2000 est actuellement VIH séropositif. De ce fait, d'autres mesures de précaution, visant plus particulièrement la protection du personnel, sont devenues nécessaires. Le principe est le suivant : chaque patient sera considéré comme porteur potentiel d'agents transmissibles par le sang et certains liquides biologiques.

Actuellement, ces mesures de précautions générales (universal precautions) spécifiquement destinées à protéger le personnel sont combinées à d'autres mesures qui visent plus particulièrement à éviter la transmission d'infections nosocomiales. Par analogie avec les prescriptions actuelles (standard precautions) des CDC (Centers for disease control and prevention) celles-ci sont appelées précautions générales applicables à tous les patients. Leur respect protège donc le personnel et réduit la transmission d'infections nosocomiales, y compris celles provoquées par des germes multirésistants. Elles constituent la base de l'hygiène hospitalière.

Recommandations

Les précautions générales suivantes constituent la base du comportement hygiénique auprès de chaque patient. Pour plus de facilité, seuls les principes essentiels sont repris dans ce chapitre; pour de plus amples explications, il est fait référence à d'autres recommandations du Conseil Supérieur d'Hygiène

1. Hygiène des mains

Les mains sont lavées, voire désinfectees après tout contact avec un patient. Les mains sont lavées après avoir ôté les gants. Il peut être nécessaire de se laver les mains entre les soins à différentes parties du corps d'un même patient, afin de prévenir toute contamination croisée d'un endroit du corps à un autre.

Les mains sont désinfectées, après tout contact avec du sang, des liquides biologiques et des excreta, ou des objets contaminés.

Pour plus de détails, voir le chapitre "Hygiène des mains".

2. Gants

Des gants doivent être portés en cas de contact possible avec du sang, des liquides biologiques, des excreta et des objets contaminés. Les gants sont changés lors des soins à un même patient s'ils ont été en contact avec des liquides biologiques ou du matériel potentiellement contaminé. Les gants sont enlevés immédiatement après usage et avant de toucher des objets et surfaces propres ou avant les soins à un autre patient. Après avoir enlevé les gants, les mains sont lavées.

3. Masque, lunettes ou visière de protection du visage

Un masque et des lunettes ou une visière de protection du visage sont portés afin de prévenir la contamination des muqueuses, des yeux, du nez ou de la bouche lors d'activités susceptibles de provoquer des éclaboussures de sang, liquides biologiques et excreta.

4. Tablier

Un tablier de protection est porté afin de prévenir toute souillure des vêtements durant des activités susceptibles de provoquer des éclaboussures de sang ou de liquides biologiques. Le type de tablier doit être adapté à l'activité et à la quantité présumée de liquide.

Un tablier souillé est enlevé le plus rapidement possible, suivi du lavage des mains et éventuellement des avant-bras.

5. Matériel de soins

Tout matériel utilisé chez les patients est traité de telle sorte que l'exposition de la peau ou des muqueuses du personnel ainsi que la contamination des vêtements et la transmission de germes à d'autres patients ou à l'environnement soient évitées.

Le matériel réutilisable n'est pas employé pour un autre patient sans avoir été soit nettoyé, soit nettoyé et désinfecté ou stérilisé. Le matériel à usage unique est éliminé.

Pour plus de détails voir "Recommandations en matière de techniques de stérilisation".

6. Nettoyage

L'hôpital dispose de procédures de nettoyage systématique et de désinfection des surfaces et de l'équipement. Il y a lieu de veiller à ce que ces procédures soient respectées.

7. Linge

Le traitement du linge se déroule de manière telle que les germes pathogènes soient éliminés.

Le linge sale est collecté et transporté de telle sorte que l'exposition du personnel, des patients ou de l'environnement au linge soit évitée.

Pour plus de détails voir "Recommandations en matière de traitement du linge hospitalier" .

8. Protection du personnel

Des mesures nécessaires sont prises afin de prévenir les accidents lors de l'emploi, de l’entretien et de l'élimination d'objets piquants et tranchants, tels qu'aiguilles ou bistouris. Une aiguille utilisée n'est jamais replacée dans sa gaine. Les aiguilles à usage unique, les bistouris et autres objets piquants et tranchants utilisés sont jetés dans des récipients rigides. Ces récipients sont placés le plus près possible du lieu d'utilisation. Les objets piquants et tranchants réutilisables sont placés dans un conteneur rigide pour leur transport vers le service de stérilisation.

Embouts, ballons d'insufflation ou autres accessoires de ventilation sont prévus comme alternatives au bouche-à-bouche aux endroits oł une réanimation éventuelle est possible.

9. Politique d’isolement

Un patient atteint d'une affection contagieuse, qui présente un risque de contamination du personnel, des autres patients ou de l'entourage et, qui, par ailleurs, a un comportement hygiénique inadéquat, est soumis à des précautions particulières d’isolement.