Promotion des médecins du 28 juin 2003

Discours du Professeur R. Krémer, Président de l'AMA-UCL

 

Bienvenue dans la confrérie médicale.  Notre recteur vient de grossir, d’un coup de baguette magique, la cohorte de près de 10.000 médecins, anciens étudiants de l’UCL, qui exercent notre métier en Belgique, mais aussi partout dans le monde.  Je voudrais que nous ayons une pensée particulière pour ceux qui travaillent dans des conditions aléatoires dans des pays troublés ou économiquement défavorisés, pour ceux qui ont choisi d’aider des populations en difficulté dans notre pays ou ailleurs dans le monde, pour ceux qui se consacrent à la recherche ou à l’enseignement.

Chers jeunes promus, quel que soit votre choix de carrière, restez fidèles à l’idéal du médecin et au serment du vieil Hippocrate, et que votre premier souci soit le patient qui se confie à vous.  Soyez disponibles, attentifs, préoccupés par le diagnostic et le traitement, mais aussi par la qualité de vie du malade.

Jusqu’à l’heureux aboutissement de vos études, le parcours a été ardu et long : j’imagine les heures passées sur les gradins des auditoires ou penchés, la tête entre les mains, sur vos notes et vos syllabus, le stress des examens, les doutes, les joies, les fatigues, les échecs et les réussites.  Aujourd’hui, une étape est franchie, mais il reste du travail, des soucis, des choix à faire et un élément nouveau : la responsabilité, les droits et les devoirs que vous confère le diplôme de docteur en médecine, chirurgie et accouchements.

A ce propos, j’aimerais vous entretenir pendants quelques instants d’un problème majeur qui nous concerne tous et doit nous préoccuper : l’avenir de la sécurité sociale.  Le coût des soins de santé augmente sans cesse : cette situation difficile favorise des tendances ultralibérales et régionalistes qui menacent l’égalité de nos citoyens devant la maladie et l’accès aux soins. La note s’alourdit pour des raisons évidentes. Le vieillissement de la population entraîne une diminution relative du nombre des actifs cotisant à la sécurité sociale.  En outre, la consommation de médicaments et de soins croît avec l’âge.  Par ailleurs, les techniques médicales progressent de manière étonnante et les appareillages sont de plus en plus complexes et coûteux et de plus en plus rapidement démodés. Mais il est évident que des économies importantes peuvent être faites par les médecins, mais aussi bien entendu par les autres prestataires de soins, les hôpitaux, les mutuelles, l’état…

Mais je me limiterai au rôle des médecins, et principalement dans le domaine de la prévention et de la prescription responsable. Imaginez l’énorme impact sur la santé et son coût si l’on pouvait éradiquer la drogue et le tabac !   Mais il y a d’autres menaces : l’alcool est en partie responsable de l’hécatombe sur nos routes, la sédentarité et l’alimentation débridée favorisent l’obésité, le diabète et les maladies cardiaques et vasculaires.  Parmi les autres habitudes à risque, il y a aussi l’exposition non contrôlée au soleil qui comme vous le savez peut entraîner à long terme des cancers de la peau.

Dans le domaine de la prévention, le rôle du médecin peut être essentiel.  Y sommes-nous suffisamment préparés ?  Prévenir est au moins aussi important que guérir !   Il semble que nos études soient surtout consacrées au diagnostic et au traitement, la part de la prévention, moins spectaculaire peut-être, devrait être au moins aussi importante et prise en considération par les organismes de la sécurité sociale.

Economie de la santé.  Votre carnet de prescription et vos demandes d’examen doivent être utilisés avec parcimonie, c’est la prescription responsable réfléchie.  Que de médicaments peu utiles et trop chers !  Les firmes pharmaceutiques sont certes à la base de la découverte de la plupart de nouveaux médicaments, mais étant des entreprises privées basées sur le profit et devant faire face à une concurrence acharnée, elles s’efforcent par tout moyen d’augmenter la prescription : matraquage publicitaire, orientation de la recherche, délégués persuasifs, avantages divers…

A vous de résister à ces sirènes, de distinguer les médicaments nécessaires et efficaces, à en connaître le prix pour le malade et la collectivité.  Les nouveaux médicaments ne sont pas toujours les meilleurs, ni les plus sûrs, mais souvent les plus chers. On est parfois surpris de découvrir chez nos malades des armoires remplies de médicaments périmés ; les personnes âgées vous montrent parfois d’impressionnantes listes de médicaments, les uns compensant parfois les effets secondaires des autres. Les examens techniques et biologiques ne doivent être demandés qu’après interrogatoire, examen et hypothèse diagnostique et choisis en fonction de leur utilité dans un cas précis. La fatigue n’implique pas d’emblée une biologie complète. Un mal de tête n’est pas une indication systématique de scanner cérébral. L’origine d’une douleur thoracique est souvent diagnostiquée sans coronarographie. Ici le rôle du médecin généraliste est essentiel, mais aussi celui de l’enseignement universitaire, de la formation postgraduée et de l’exemple donné par les hôpitaux universitaires.

L’association des anciens, l’AMA-UCL, participe à la formation continue en collaboration avec la commission facultaire ECU, et Louvain Médical, votre revue, plus objective que les revues gratuites largement sponsorisées par les firmes pharmaceutiques, qui s’amoncellent dans vos boîtes aux lettres.  L’AMA-UCL organise des réunions consacrées aux problèmes éthiques et à l’économie de la santé, tâche importante pour l’avenir de la médecine en Belgique.

Profitez de cette belle journée de promotion.  Et rappelez-vous que les anciens, vos collègues, sont prêts à vous aider, à vous conseiller et à vous soutenir.  Aidez-les également en devenant membre, moyennant une cotisation très réduite pendant les premières années après le diplôme.


René Krémer
Président de l'AMA-UCL 

AMA-UCL Association des Médecins Alumni de l'Université catholique de Louvain

Avenue Emmanuel Mounier 52, Bte B1.52.15, 1200 Bruxelles

Tél : 02/764 52 71 - Fax : 02/764 52 78